Technologie > Missile Mica

Un Rafale tir un missile
Mica "over the shoulder"


C'est une première européenne. Un Rafale à tiré un missile Mica sur une cible, à grande distance et placée dans ces 12 heures, sans aucune visibilité directe. Cet essai permet de valider les tirs en coopération par liaison 16.

«Une première européenne et peut-être même mondiale» Ce sont en ces termes que le Centre d’Expériences Aériennes Militaires (CEAM) de Mont-de-Marsan à qualifié le tir réalisé le 11 juin 2007 au large de Biscarosse. Un Rafale F2 du CEAM a abattu un drone cible situé dans ses six heures à l’aide d’un Mica EM (équipé d’un autodirecteur électromagnétique).

Ce tir a été possible grâce à l’illumination radar de l’objectif par un second Rafale. Positionné à plusieurs dizaines de kilomètres et à un angle de 50° par rapport au Rafale tireur, l’avion illuminateur a transmis les informations tactiques via la liaison de donnée "liaison 16". Le Mica EM a effectué un virage à 180° juste après le tir avant d’abattre sa cible suffisamment rapidement pour que celle-ci n’atteigne pas l’enveloppe de tir d’un missile air-air courte portée.

Tir Mica Rafale

Cet exercice s’est réalisé à une altitude de 20.000 ft et à une vitesse de mach 0.8 sur un drone cible de type C-22 suivant le Rafale tireur. Cette démonstration permet de valider le concept de tir via une liaison de données ainsi que le capacité "lock after launch" du missile Mica. Ce cas de figure pourrait laisser imaginer un tir totalement furtif. Détecté par un AWACS et tiré par un Rafale, n’ayant aucun capteur actif en fonctionnement, le missile Mica pourra alors allumer son auto directeur à proximité de la cible, limitant alors toute possibilité de leurrage ou de manœuvre évasive de l'avion visé.

En octobre 2008, la Royale Autralian Air Force à réussit un tir quasiment similaire avec un missile ASRAAM AIM-132 (autodirecteur infra-rouge) à partir d'un F/A 18 qui volait à basse altitude. La cible distante de cinq kilomètres était aussi éclairée par un seconde chasseur, ayant transmis les informations via la liaison 16. Des essais supplémentaires, dans des conditons proches, sont en préparation, a l'aide d'un seul avion. Cette fois, le pilote équipé d'un viseur de casque, désignera la cible de manière autonome. Le Rafale sera dépourvu de cet équipement, qui, pour l'instant à été abandonné pour l'armée française, au profit d'autres développements. Il n'est pourtant pas impossible que le viseur de casque soit proposé à nouveau à la France, si un client export en fait la demande...

Article paru : 06/2009
Texte et photo : C.Cosmao


AEROPRESSE MEDIA 2013