Technologie / sieges ejectables / sieges ejectables 02 / shema ejection
Ejection

Les sièges éjectables
Voir aussi : sièges éjectables page 02 / shéma d'éjection

Plusieurs milliers de vies ont été sauvées par cet élément devenu indispensable dans les avions de combats modernes. La société Russe SVEZDA, le démontre régulièrement lors de salons aéronautique. En 1999, au salon du Bourget, alors qu'un Sukhoi SU30 se crashait à quelques mètres du sol, dans une position théoriquement critique pour l'éjection. L'équipage, s'en sont sortit indemne.

Les sièges éjectables ont évolués dans l'histoire, et subissent régulièrement des modifications pour être utilisé dans toutes les situations possibles, contrairement aux premiers modèles très restrictifs.

L'apparition des sièges éjectables en série date réellement de l'après guerre, avec l'arrivée en grande série des avions à réactions, même si allemands et anglais en avaient testés auparavant, sur le premiers avions à réaction. Ces avions rendaient la sortie du pilote périlleuse, voire impossible, à des vitesses proches du son. D'où l'idée d'un mécanisme "d'extraction" du pilote. Différents systèmes furent évalués, comme le tobogan.

L'évolution des sièges se trouve particulièrement dans leur rapidité à sortir de l'avion et leur enveloppe d'utilisation à toutes les altitudes et toutes les vitesses.

De leurs débuts jusqu'aux années 80 l'enveloppe d'utilisation des sièges était particulièrement contraignante. Une grande partie des sièges, comme le Martin Baker MKF5 qui équipait les Crusader français de 1965 à 1992, la vitesse de l'avion devait être d'au minimum 120 nœuds pour une utilisation "sécurisée", ce qui limite considérablement l'enveloppe d'utilisation de celui-ci. Les mécanismes automatiques de séparation sièges/pilote après éjection, sont aussi apparus récemment, sauvant ainsi, les équipages imcapables d'opérer manuellement à cette phase lorsqu'ils sont blessés ou inconscients.

Ejection MKF7 d'un F-8 Crusader francais

Ci-dessus, une photographie des test réalisés par l'armée française, sur la cellule du F8E FN Crusader N°12.

Les Crusader étaient équipés depuis leur livraison à la France (1965) d'un siège dit 0-120. En 1992, il fut remplacé par les MKF7, de type 0-0
AEROPRESSE MEDIA 2013