Flottille 16F : l'adieu à l'Etendard
Article paru en juillet 2000

La dernière mission du Foch a sonné l'arrêt définitif des Etendard IVP. Cette version dédiée à la reconnaissance embarquée, servira près de 36 ans sur les porte-avions Français. Il sera les yeux de la Marine sur les théâtres extérieurs tout au long de sa carrière.

Chaque opération depuis 1964, ne se fera sans l’appui de cet outil indispensable à la Marine. L’Etendard IVP, sera développé à partir de l’Etendard IVM, premier avion navalisé par Dassault Aviation. Même si cette version ne semble qu’une déclinaison du chasseur, il bénéficiera d’une carrière à part entière.

Unique. Ravitaillable en vol, rapide (bien que subsonique) et optionnellement armé, l’Etendard IVP possède de grande capacité de prise de vue. Equipé de 3 caméras Oméra 31 ou Oméra 60 dans le radome et 3 autres optionnelles en pod sous fuselage, il couvre un large champ de possibilité.

De la surveillance des essais nucléaires aux opérations Saphir, Olifant, Prométhée, Balbuzard, Salamandre ou Trident, la Flottille 16F et leur avion emblématique sera de toutes les opérations effectuées à bord des porte-avions Foch et Clemenceau.

La Flottille 16F n’est plus. Réactivée en 1964, à l’arrivée de l’avion dans l’Aéronavale, la flottille se verra dissoute après le dernier vol effectué ce 17 juillet 2000.

L’aéronavale en quête de reconnaissance. Le Super Etendard équipé d’une nacelle de reconnaissance servira de système intermédiaire en attendant le développement d’un matériel de nouvelle génération, sur une future version du Rafale. Les capacités de la Marine en la matière s’en trouveront pour l’instant particulièrement amoindris.

Texte et photo : C.COSMAO
Article paru en juillet 2000
Voir aussi : Rafale / Crusader






AEROPRESSE MEDIA 2013